Face aux cyber menaces, l’armée de Terre vient de créer un BTS cyberdéfense. La première session débutera en septembre au lycée militaire de Saint-Cyr-L’École.

Ce nouveau BTS qui accueillera 32 élèves à la rentrée prochaine s’adresse prioritairement aux titulaires d’un bac STI2D (sciences et technologies de l’industrie et du développement durable) option systèmes informatiques et numériques, ou d’un bac scientifique, spécialisé en sciences de l’ingénieur. Les candidats seront sélectionnés via la plateforme Admission post bac.

Unique en France, le BTS cyberdéfense a pour objectif de former des techniciens qualifiés capables de contrer des cyberattaques émanant clandestinement d’États ou de groupes terroristes. Ils devront lutter contre les cyber menaces en les identifiant, en protégeant les réseaux informatiques et en ripostant.

La formation comprendra notamment des enseignements en informatique, mathématiques et en physique appliquée, des cours de langues (principalement en anglais), de culture générale, des travaux pratiques, des stages, réalisations de projets et du sport.

Une formation militaire

Mais avant de postuler, les candidats doivent être conscients qu’ils intégreront un cursus dans un lycée militaire, ce qui implique une appétence certaine pour la rigueur, la discipline et le respect de la hiérarchie. Car au-delà de l’enseignement technique, les élèves recevront une formation militaire « qui leur assurera une meilleure compréhension du fonctionnement des armées : de la vie en unité avec le port de l’uniforme ou l’apprentissage de la marche au pas, aux formations de terrain comme les séquences de tirs par exemple », poursuit le colonel Thierry.

Les débouchés

Créé en janvier 2017, le commandement opérationnel de cyberdéfense de l’armée devrait compter d’ici 2019, 2 600 personnes issues des trois armées françaises.

En participant à des stages dans des unités et organismes spécialisés, les élèves du BTS cyberdéfense vivront plusieurs périodes d’immersion professionnelle qui leur permettront d’affiner leur projet d’orientation. Ils « pourront travailler après leur formation et obtention des accréditations nécessaires avec par exemple la 807ème compagnie de transmissions de l’armée de Terre, la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) ou le pôle d’excellence cyber qui fait travailler des experts civils et militaires sur les cyber menaces », conclut le colonel Thierry.


Source : Actuel-Cidj | Mars 2017

Share This